CITE

 

Grâce à ces compétences avérées, le CITE est l’acteur principal du « Pôle de communication/NTIC/Entreprenariat »  du programme FORMAPRO BTP. D’une part, il contribue à la rénovation durable de la formation professionnelle du secteur BTP par la modernisation et la facilitation de l’accès au système d’information et de documentation du secteur BTP, d’autre part, il vise l’adéquation formation / emploi dans les régions Analamanga, Atsinanana, Diana et Atsimo Andrefana en dynamisant et en appuyant l’entreprenariat dans les métiers porteurs des BTP. Le Cite a des antennes pérennes implantées dans les zones d’intervention de FORMAPRO BTP. L’approche se fait par le renforcement des services délivrés par ces antennes :  la valorisation et la mise à disposition ciblée et adaptée d’informations auprès de tous les catégories d’acteurs (jeunes, établissements d’enseignement, formateurs, entrepreneurs, ministères…), la documentation et l’accompagnement entrepreneurial et technique des ressources humaines du secteur des BTP.

Télécharger la bache FORMAPRO -->

L’ONG CITE, Centre d’Information Technique et Economique, a été créé en 1967. Sa mission sociale : œuvrer pour le développement durable local et inclusif grâce à ces 14 antennes qui lui servent de réseau de proximité. Le CITE propose des services adaptés et à la demande en termes d’Information (recueillir, valoriser, diffuser), d’Accompagnement sur terrain (renforcer, conseiller, structurer) et en termes d’expertise (ingénierie de formation, enquête, étude filière, gestion d’archive et numérisation, mise en place de centre de documentation, cycle de projet de développement local…). Il intervient dans divers secteurs d’activités comme l’entreprenariat, l’artisanat, l’agriculture et l’agro-alimentaire, l’élevage, le tourisme durable, la documentation, l’eau, assainissement et hygiène, les technologies de l’information et enfin de la formation, le secteur BTP…

 

Tamby - Responsable Formation du CITE

 Au sein du Pôle de communication/NTIC/Entreprenariat, les antennes du réseau CITE sont renforcées

Le CITE, ONG malgache, s’est fixé pour missions de professionnaliser les très petites entreprises (TPE) et développer l’entreprenariat à Madagascar. Pour ce faire il a développé une offre de services non financiers destinée à professionnaliser les très petites entreprises qui est DECENTRALISEE via un réseau de 14 antennes et s’articule autour de deux grandes fonctions :

  • Informer : combinant accès à des fonds documentaires, élaboration et diffusion de produits d’information, éditions techniques, émissions radio, mise à disposition de cyberespace, orientation et réponse aux questions, organisation d’ateliers, salons et autres évènements ;

  • Accompagner : combinant formation professionnelle, appui-conseil, appui à la commercialisation et à la structuration.

Cette offre de services intégrés est orientée vers les professionnels (formels et informels) mais aussi vers ceux qui se préparent à entrer dans la vie professionnelle (étudiants, jeunes, chercheurs d’emploi). Dans une approche pragmatique, le CITE part systématiquement de l’identification et l’analyse des besoins pour aboutir aux renforcements de capacité et formations nécessaires.

En 2010, le réseau du CITE a enregistré une fréquentation de plus de 125 000 personnes tout service confondu.

Objectif du Cite dans le cadre du projet : contribuer activement à l’amélioration de la formation professionnelle du secteur du bâtiment en intervenant à la fois au cœur du dispositif à mettre en place grâce à ses compétences en Information et en Documentation et localement auprès des ressources humaines du secteur (entrepreneurs et apprentis) grâce à un accompagnement direct et sur mesure.

Le plan d’actions du Cite tend donc vers deux grands résultats :

  • Un centre de ressources opérationnel sur le BTP pour collecter, valoriser et mettre à disposition les informations techniques, économiques et scientifiques adaptées à chaque groupe d’acteurs (étudiants, entrepreneurs, formateurs, décideurs, etc.). Un dispositif d’accompagnement renforcé pour la professionnalisation des entrepreneurs (formation bois, formations transversales, appui-conseil, etc.) dans chaque antenne Cite. Ces deux dispositifs d’information et d’accompagnement ayant l’avantage de pouvoir être délocalisés par le biais des antennes Cite installées à Antsiranana, à Toamasina et à Toliara pour des services d’appui de proximité ;

  • Créer un centre de ressources sur le BTP, fonctionnel et de proximité. Ce centre de ressources coordonné par le Cite aura pour fonctions de :

    • Renforcer les centres de documentation des partenaires de formation (formation et mise à jour du fonds)

    • Assurer une veille sur les métiers et les publications

    • Editer des produits d’information (bulletins, SMS, synthèses, etc.)

    • Assurer la gestion d’un fonds documentaire actualisé (ouvrages, études, revues)

    • Assurer la coordination d’une bibliothèque électronique de documents pédagogiques

    • Editer en collaboration avec les partenaires des supports pédagogiques pour les formateurs et les entreprises

    • Animer des rencontres sur les métiers du BTP et l’adéquation emploi-formation

 

La création du Centre de ressources sur le BTP nécessite les actions suivantes :

  1. Identifier les thématiques prioritaires et les principales sources d’information sur le BTP, assurer une veille informative et concevoir un système d’information en ligne

  2. Identifier les besoins en documentation des partenaires du projet et concevoir leur mise en réseau

  3. Mettre à niveau l’équipe d’information du Cite pour développer un système d’information et de documentation innovant

  4. Identifier et commander les documents prioritaires pour l’ensemble des partenaires et mettre en ligne les documents et/ou les références bibliographiques

  5. Former les équipes des partenaires à la gestion de l’information

  6. Mettre en place une bibliothèque électronique de documents pédagogiques

  7. Editer des documents didactiques et pédagogique sur les métiers

  8. Animer des rencontres entre professionnels sur les métiers du BTP et animer des rencontres sur les métiers avec les jeunes

  9. Assurer la coordination générale des deux actions (information et accompagnement) et la bonne gestion des activités en lien avec la plateforme Formapro BTP.

 

Renforcer le dispositif d’accompagnement à l’entreprenariat.

Ce dispositif déjà opérationnel au niveau du Cite, en son siège et au niveau de ses antennes commence a porté ses fruits et mérite d’être renforcé, notamment dans le secteur du BTP.

En effet, grand nombre d’artisans ou très petites entreprises dans le secteur, cœur de cible des appuis du Cite, gagnent à se professionnaliser mais ne peuvent le faire faute de connaissances ou de structures d’appuis adéquats. Les expériences du Cite avec « l’Ecole des maçons » en partenariat avec HOLCIM (menées à Antananarivo, Toamasina et Toliara) le démontrent et bien qu’elles aient été probantes, elles restent insuffisantes car ne portent que sur un nombre restreint de bénéficiaires.

 L’enquête sur le secteur informel mené par l’INSTAT montre par ailleurs qu’une majeure partie des unités de production informelles dans le BTP sont des entrepreneurs qui s’auto-emploient, voire font travailler quelques salariés (chiffres). Enfin, le constat de l’IST conforte également la pertinence de l’accompagnement à l’entreprenariat dans le secteur duBTP : en effet, ce sont les étudiants issus de ce secteur qui s’orientent le plus vers la création d’entreprise.

Pour répondre à ces besoins de manière efficace et efficiente, le dispositif coordonné par le Cite aura pour fonctions de :

  • Assurer la formation continue dans les deux ateliers bois (Toliara et Antsiranana)

  • Assurer la formation transversale : bureautique, marketing, gestion

  • Faire de l’accompagnement post-formation

  • Faire de l’appui à la création d’entreprise

  • Assurer l’orientation des jeunes sur les métiers du BTP et l’entreprenariat

  • Faire de l’appui à la structuration des petites entreprises

  • Développer des partenariats Grandes entreprises / TPE

Le plan d’actions suivant est à mettre en œuvre pour améliorer le dispositif afin qu’il puisse remplir ces missions :

  1- Réhabiliter les installations et moderniser les équipements des 2 ateliers bois de Toliara et Antsiranana :

Il s’agit essentiellement : d’une part, de mettre aux normes les installations électriques des 2 ateliers bois, et d’autre part, de mettre en place tous les dispositifs de sécurité requis dans ces ateliers, lesquels sont en plus dédiés à recevoir un nombre important d’apprentis (dispositifs anti-incendie, d’évacuation, systèmes d’alarmes, de premiers secours, etc.).

Pour que les 2 ateliers soient non seulement fonctionnels mais remplissent leur fonction pédagogique, il est impératif de mieux les agencer et de mieux les équiper.

Les ateliers seront ainsi divisés selon leurs fonctions en plusieurs zones, auxquelles correspondent des équipements précis :

  • Stockage de matériaux et composants ;

  • Préparation matières

  • Taille et façonnage

  • Assemblages

  • Couverture – zinguerie

  • Mise en œuvre (à l’extérieur)

  • Locaux de formation

  2- Mettre aux normes et moderniser les infrastructures dédiées à l’accueil et à l’accompagnement des entrepreneurs / artisans :

De la même manière que pour les ateliers bois, il est important que les locaux dédiés à l’accueil et à l’accompagnement des entrepreneurs soient aux normes et modernisés.

La mise aux normes concerne les installations électriques et les dispositifs de sécurité. Des travaux de réfection en peinture, plomberie et sanitaires sont également impératifs, vue l’usage intensif des locaux.

Pou rassurer l’efficacité et l’efficience des séances d’accompagnement et de renforcement de capacités des entrepreneurs locaux, un vidéoprojecteur et des équipements en visioconférence, (ordinateurs, accessoires et logiciels adéquats, etc.) sont indispensables.

   3- Renforcer les capacités des Ressources Humaines en accompagnement des entrepreneurs :

Un dispositif d’accompagnement moderne et efficace repose d’abord et avant tout sur la qualité des ressources humaines disponibles.

Le Cite entend ainsi renforcer les compétences de ses équipes, au siège mais également localement. Plusieurs axes de compétences sont visés pour assurer les missions assignées au dispositif :

  • L’accompagnement des créateurs d’entreprise,

  • L’andragogie,

  • L’ingénierie de formation,

  • La conception de supports pédagogiques,

  • L’établissement de référentiels,

  • Le marketing

Ces renforcements de compétences se feront sous forme de sessions de formation, de stages, mais également en termes de visites échanges entre institutions ou participation à des ateliers au niveau régional (Océan Indien, Afrique) ou international.

Le renforcement de capacités ne se raisonne pas seulement en termes de « compétences » mais également en termes de capacités proprement dit, c’est-à-dire la possibilité aux équipes en place de répondre à la quantité de demandes des entrepreneurs, et ceci en qualité.

  • Cela se traduit par une suffisance en nombre des équipes pour assurer par exemple l’accompagnement des créateurs d’entreprise pendant tout le cycle de création (des études de faisabilité, aux périodes de test, d’ouverture de l’entreprise, etc.) ; à leur capacité à assurer des suivis terrains en appui-conseil, ou des suivis post formation

  • Cela se traduit également par la capacité du Cite à embaucher et salarier des personnes ressources clés avec les compétences requises. Par exemple : responsable du service appui à la création d’entreprise, au sein de l’équipe support du siège du Cite au pôle Accompagnement.

4- Renforcer les compétences techniques des responsables des ateliers bois :

En parallèle de la modernisation et du renforcement des équipements des ateliers bois, le renforcement de compétences des responsables des ateliers bois s’avère indispensable pour que la formation professionnelle continue dans la filière se développe et ait un impact positif dans les deux régions d’implantation (Antsiranana et Toliara).

Ces responsables seront appuyés :

  • Dans leur capacité à gérer ces ateliers bois ;

  • En andragogie, pour assurer l’efficacité des formations dispensées auprès des entrepreneurs / apprentis ;

  • Dans leur capacité technique à maîtriser l’utilisation des nouveaux équipements et pour qu’ils puissent transmettre aux apprentis les méthodes, les techniques et les gestes professionnels assurant des travaux de qualité, aux normes et standards internationaux. Les responsables des ateliers seront également formés et en mesure de sensibiliser les apprentis / entrepreneurs aux notions de sécurité dans le cadre du travail.

5- Etudier la mise en place un dispositif d’accompagnement et un centre de ressource à Fort Dauphin 

En complément des dispositifs installés à Toliara, étudier la mise en place à Fort Dauphin pour assurer la couverture du grand sud malgache est une stratégie pertinente. En effet, la région Anosy offre un potentiel non négligeable : la densité de la population, les potentiels économiques favorisés par les appuis marqués aux secteurs porteurs de la région : pêche, tourisme, le secteur minier.

En effet, le développement économique ne peut se séparer du développement social : l’habitat, les infrastructures routières et de santé publique, etc. Le tourisme en particulier sollicite le développement des routes et des structures d’accueil, lesquelles mobilisent même les particuliers (chambres d’hôtes, etc.). La sollicitation du secteur BTP est inévitable.

L’existence de grands chantiers miniers (QMM) et du port d’Ehoala sont des opportunités en plus.

La mise en place d’un centre de ressources du BTP et d’un dispositif d’accompagnement à l’entreprenariat délocalisés répondra aux attentes des entrepreneurs et jeunes locaux, en complément du CFPTA (vérifier l’opérationnalité). Elle trouverait certainement un écho favorable auprès des collectivités locales, partenaires du Cite dans ses zones d’implantation, et des organismes d’appuis locaux (Pôle Intégré de Croissance, Chambre de Commerce et d’Industrie, diverses ONG locales et internationales, etc.).

6- Renforcer la démarche qualité initiée par le Cite :

Disposer de Ressources Humaines compétentes n’est pas suffisant pour assurer la qualité des services ; il faut en outre mettre en place :

  • une organisation mieux adaptée, suivant des procédures bien définies, pour une meilleure efficacité ;

  • une équipe qualité / suivi-évaluation interne.

  • Initier la démarche qualité nécessite ainsi :

  • l’information et formation à l’intérêt de la démarche qualité

  • la mobilisation de l’équipe sur le processus

  • la mise en place de méthodologies testées et éprouvées (confortées par les échanges avec des professionnels internationaux)

  • la recherche de référentiel adapté au service concerné

  • la construction participative de référentiels adaptés

  • la mise en place de manuels de procédure de façon participative, souple, progressive et évolutive (au niveau opérationnel mais également au niveau administratif et comptable)

  • la mise en œuvre des procédures

  • la mise en place d’une équipe qualité / suivi – évaluation

  • l’amélioration de la communication interne au siège et dans les antennes

  • la remédiation en cas de blocage

  • la mise en place un système d’évaluation de la qualité du service rendu 

Contact

 Complexe scolaire Ampefiloha
Batiment E – 3eme etage
Porte 317
Antananarivo 101
contact@cnefbtp.mg / cnefbtp@gmail.com

+261 20 22 472 54​​
 

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon

​​​​© CNEFBTP 2016. Designed by Telemad